vendredi 18 novembre 2011

MIEUX CONNAITRE MARIE

PRÉSENTATION

Le but de ce travail est, comme le titre l'indique, de mieux faire connaître la sainte Vierge Marie dans sa vie de femme: femme apparemment ordinaire, mais créée immaculée afin d'être vraiment en mesure d'accomplir la grande mission que Dieu allait lui confier.
Réfléchissons un peu: le Créateur de l'univers veut construire le Corps de son Fils unique; mais l'humanité pécheresse n'est plus capable d'accomplir cette œuvre qui devait être la sienne. Mais nous savons que Dieu ne change jamais ses décisions; en conséquence, Il est bien décidé à construire le Corps de son Verbe, qui doit forcément s'incarner puisque ce sont des hommes qui seront les cellules vitales de ce grand Corps mystique du Christ.
Pour le Père, procéder à l'Incarnation de son verbe, en union avec le Saint-Esprit est une chose facile, mais il n'y a plus d'homme immaculé, totalement pur, pour être digne de recevoir le Fils de Dieu. En conséquence, Dieu se façonne une femme qui sera immaculée comme le fut Ève, mais qui saura le rester, et qui, toujours vierge, concevra dans son sein l'Homme Jésus, par la seule grâce du Saint-Esprit. On peut remarquer au passage que, pour l'Incarnation du Verbe, nous nous trouvons en présence de la Très Sainte Trinité. Dieu le Père agit, par son Esprit à l'Incarnation de son Verbe en Jésus-Christ son Fils unique.
Cette Femme Immaculée, présente dans l'Esprit de Dieu dès le commencement du monde, sera révélée aux hommes juste après le péché du couple Adam et Ève, lorsqu'Il leur dit: "Je mettrai une inimitié entre toi et la Femme, entre ta postérité et sa postérité; celle-ci te meurtrira à la tête, et tu la meurtriras au talon." Cette femme mystérieuse, nous allons la contempler longuement tout au long de ces pages. Elle nous montrera, grâce à son amour pour Dieu, sa confiance en lui, son désir de toujours faire sa Volonté, et la simplicité de sa vie, que l'on peut toujours se sanctifier dans tous les états de vie, si l'on fait ce que Dieu désire, répondant ainsi à son Amour. 
Paulette Leblanc (à suivre)

mercredi 9 novembre 2011

LE PURGATOIRE... ET LES ÂMES

Le Purgatoire et les âmes du Purgatoire

Remarque préliminaire:


Attention ! Les réflexions qui suivent ne sont pas des dogmes. Ce ne sont que des réflexions d'un chrétien ordinaire sur un sujet qui interpelle beaucoup de personnes.

Le Purgatoire ? On a tout dit, ou presque, sur lui. L'Évangile n'en parle pas, et les réflexions de Jésus concernant le jugement final sont toutes du style: “Allez-vous-en, maudits, au feu qui ne s'éteint pas.” Pourtant Jésus nous a souvent rappelé que Dieu était miséricordieux, et qu'Il pardonnait aux pécheurs repentants. Et la justice exige cependant que les réparations indispensables soient réalisées, en ce monde ou dans l'autre. Jésus d'ailleurs a payé très cher, sur la croix, le salut de tous les hommes;
Le salut de tous les hommes ? Oui, mais Jésus qui nous aime tous, veut aussi que nous participions, un tout petit peu mais nécessairement, à notre propre salut. Donc, chacun de nous doit réparer le mal qu'il a fait à ses frères. Certes, le poids de cette réparation n'a rien à voir avec le prix que Jésus a payé, mais il est obligatoire. Alors, pratiquement, comment cela se fera-t-il ?
Personne ne connaît le Purgatoire, donc il est impossible d'en parler et encore moins de parler des âmes du Purgatoire. Pourtant l'Église nous fait savoir que ces âmes, momentanément séparées de Dieu à cause de leurs péchés, souffrent beaucoup de cette séparation, car elles ont enfin compris que notre seul et unique bien, c'est Dieu. Alors ?
Réfléchissons un peu. Imaginons que nous soyons invités chez un grand personnage: le président de la République, un ministre, ou même plus simplement le maire de notre ville. Tout heureux nous acceptons cette invitation, mais immédiatement nous nous disons que nous ne pouvons pas nous présenter à la fête prévue avec nos habits de tous les jours. Même nos vêtements du dimanche ne sont pas assez convenables. En conséquence nous nous précipitons pour acheter un beau costume et des chaussures neuves. Ainsi nous ferons honneur à celui qui nous a invités...
Nous savons faire honneur à nos supérieurs, alors pourquoi ne ferions-nous pas honneur aussi à notre Dieu. Mais sur la terre, il y a beaucoup de tentations... Et puis, Dieu existe-t-Il ? Et s'Il existe, s'occupe-t-Il vraiment de nous ? Et nous connaît-Il ? Perdus au milieu de toutes ces questions nous nous laissons souvent aller à la déprime, aux plaisirs que nous voyons et que nous sentons... et souvent nous succombons aux tentations, en nous accordant beaucoup d'excuses... Dieu n'en saura rien ? Et puis, Il comprendra... Et Il est si miséricordieux ! Il nous pardonnera.
La mort arrive. Et voici que soudain nous sommes devant la vérité. Mais quelle vérité ? Il semble que Jean-Marie Vianney, le Saint Curé d'Ars, nous ait livré un peu de cette vérité lorsque, à une dame éplorée par le suicide de son mari, il lui dit :
— Madame ! Ne craignez pas. Entre le pont et le moment où il est arrivé dans l'eau, il a eu le temps de demander pardon à Dieu.
Aujourd'hui, avec la multiplication des Expériences de mort Imminente (EMI), il semble bien que Jean-Marie Vianney ne se trompait pas. Entre la mort apparente (arrêt du cœur, encéphalogramme plat, etc.) et la mort réelle, il y a véritablement un espace temps durant lequel même les pécheurs les plus endurcis ont la possibilité de faire leur choix définitif : oui ou non à Dieu. Alors, même les plus grands pécheurs ont la possibilité de réparer les fautes de leur vie en passant par le Purgatoire. Découvrant soudain toute la saleté déposée sur leurs “vêtements spirituels”, ils comprennent qu'ils ne peuvent pas se présenter ainsi devant Dieu, mais qu'ils doivent d'abord faire une grande toilette. La tâche peut être rude et douloureuse, d'où le devoir, pour les vivants, de prier pour ces pauvres âmes du Purgatoire.
Paulette Leblanc