vendredi 12 décembre 2008

DIRE ENFIN LA VERITE

Comment l'Église a perdu le monde ouvrier

On entend souvent dire que l'Église a perdu le monde ouvrier dès le milieu du XVIIIe siècle, donc dès le début de l'ère industrielle. Il me semble que c'est faux, et si j'étais historien, professeur en faculté, je demanderais à un étudiant cherchant un sujet de thèse pour un doctorat, de traiter de ce sujet. Maintenant je vais m'expliquer.
Les travaux que je réalise, pour notre site concernant la Nouvelle Évangélisation, me montrent de plus en plus clairement que l'Église n'a jamais négligé les pauvres, et que la plupart des grandes œuvres faites en leur faveur l'ont été par l'Église. Pour l'instant je me contenterai de survoler très rapidement et uniquement, la période qui a débuté au siècle des Lumières et qui va jusqu'à nous:

– XVIIIe siècle, dit des Lumières, siècle de la Révolution française. Qui a fait la Révolution? De grands bourgeois, riches, ayant su utiliser une “main-d'œuvre” de pauvres marginaux toujours prêts à faire le coup de main. Ceux qui se disaient des “lumières” étaient surtout des anticléricaux désireux de tuer l'Église; il suffit de nommer Voltaire pour comprendre.
Qui s'occupa des pauvres, des pauvres gosses abandonnés et des misères de toutes sortes? Saint Vincent de Paul et d'autres saints de cette période qui vit se développer l'École Française de spiritualité.
Que fit la Révolution ? Elle confisqua les biens de l'Église qu'elle vendit comme biens nationaux, mais au profit de qui ? Que fit la Révolution en faveur des employés des artisans et des gens de métier, simples employés souvent très pauvres, voire au bord de la misère ? Elle supprima les Confréries, les Corporations et le droit d'association. Il n'y eut donc plus personne pour défendre les pauvres travailleurs.
– XIXe siècle, et les débuts de l'industrialisation et du modernisme ? Les sociétés secrètes, anticléricales pullulent. La misère du peuple est atroce. Les bourgeois reçoivent du gouvernement de Louis-Philippe un véritable mot d'ordre : “Enrichissez-vous”. Mais sur le dos de qui ? Qui prit la défense des ouvriers dans les usines et de tous les autres pauvres, qui créa des œuvres charitables pour leur venir en aide ? L'Église au travers de ses saints, comme la Bienheureuse Sœur Rosalie, et le Bienheureux Frédéric Ozanam, et tous ceux qui leur apportèrent leur concours dans le cadre des Conférences de Saint Vincent de Paul.
– XXe siècle. L'anticléricalisme est de plus en plus virulent et actif, et l'athéisme étend son règne. Mais les pauvres ouvriers se révoltent et obtiennent des améliorations à leurs conditions de vie, notamment après 1936. C'était nécessaire et juste, mais curieusement on assista, peu à peu, au remplacement de la dictature de l'argent par la dictature des syndicats, surtout des syndicats marxistes donc athées. Car l'athéisme est toujours présent; il change simplement de camp en fonction des opportunités.
Et dans le monde. En Inde, notamment, là où la misère est la plus repoussante, qui courut au secours des miséreux ? Une simple religieuse, Mère Térésa.
On pourrait poursuivre la liste. On reconnaîtrait alors que seule l'Église vient efficacement, et durablement au secours des pauvres. Et cela, toujours dans une grande abnégation. Et si je raisonne juste, quand on attaque l'Église sur des sujets qui reviennent constamment, notamment sur les croisades, on oublie toujours de dire la cause de ces conflits: il fallait défendre l'Église douloureusement attaquée en Terre Sainte.
C'est toujours la même chose : c'est tellement facile d'attaquer ceux qui font le bien, souvent sans bruit, et qui ne se défendront pas si on leur fait du mal ! Je suis parfois écœurée de notre monde qui baigne dans le mensonge. Il me semble de commencer à rétablir la vérité historique, à tous les niveaux.

CLERUS A DIX ANS

Nous avons pour la Congréation pour le Clergé une tendresse particulière, voila pourquoi nous publions leur communiqué à l'occasion du X anniversaire de leur entrée dans le grand “circuit” multimedia qu'est Internet. En effet, depuis bien longtemps l'Eglise a compris que ce bel outil est indispensable à la “Nouvelle Evangélisation”.
C'est donc avec beaucoup d'amour et de tendresse que nous lui souhaitons un joyeux anniversaire et formulons le voeux sincère de célébrer avec elle son vingtième anniversaire...
8 DÉCEMBRE 2008
SOLENNITÉ DE L'IMMACULÉE CONCEPTION

Il y a déjà dix ans, en ce même jour de la Solennité de l'Immaculée Conception, la Congrégation pour le Clergé offrait aux Prêtres, Diacres et Catéchistes du monde entier la nouveauté de son propre site Internet http://www.clerus.org/ Le site (et ses services associés) désirait non seulement aider ses destinataires spécifiques, mais aussi, contribuer à modeler de fait la véritable mission qu'Internet doit assurer envers tous ses usagers : “Parce que c’est seulement quand le visage du Christ sera vu et que sa voix sera entendue … qu’Internet deviendra un espace vraiment humain, puisque s'il n'y a pas de place pour le Christ, il n'y a pas non plus de place pour l'homme … Que le Seigneur bénisse tous ceux qui travaillent avec cette intention” (Jean-Paul II).
Dix ans ont passé, au cours desquels nous avons été introduits dans un nouveau Millénaire du Christianisme. L'Église et le monde marchent avec les lumières et les ombres de l'aube du Troisième Millénaire. Il y a beaucoup de chemin à parcourir, mais les pas de l'Église et de l'Humanité ont été illuminés par la “lumière de l'espérance” : telle est la force qui nous pousse à continuer parce que, comme nous le rappelle le Pape Benoît XVI, “nous avons été sauvés par l'espérance”.
Et c'est l'espérance d’offrir “quelque chose de nouveau” qui nous a poussés à renouveler notre Page Web, pour aider plus efficacement au grand défi de l’évangélisation que l'Église doit accepter et relever par l’intermédiaire des Prêtres, des Diacres et des Catéchistes : la parole du Seigneur grâce aux nouvelles techniques de communication.
À la très Sainte Vierge Marie, Maîtresse du dialogue entre Dieu et les hommes, nous consacrons de nouveau notre site rénové, certains qu’Elle bénit notre travail et tous ceux qui, avec un vrai espoir, s'approchent de cette page avec un esprit évangélisateur et apostolique.

Cardinal Cláudio Hummes
Archevêque Émérite de Sao Paulo
Préfet de la Congrégation pour le Clergé

+ Mauro Piacenza
Archev. titulaire de Vittoriana
Secrétaire